Un dernier rêve

La police est là, je n’ai plus vraiment le choix, je dois partir. Quitter mon appartement où j’ai passé toutes ces années. Ma femme, mes enfants ont vécu ici, mais ils sont tous loin maintenant, il n’y a plus que moi. Je prends ma canne et ma petite valise, tout ce auquoi je tiens, est dedans. Les déménageurs ont emporté mes affaires, tout ce qu’il reste va être détruit.

Un pan de ma vie tombe en même temps que les murs de mon immeuble, je suis maintenant sans personne, sans logement. Je reste assis sur le trottoir en face des gravats de chez moi. Ma femme et moi nous avions toujours rêvé d’une petite maison dans la forêt, mais maintenant elle n’est plus là. Et c’est ma dernière chance.

J’habite provisoirement chez un ami, Louis, le temps de trouver la maison de mes rêves. Il a toujours été le plus énergique et optimiste d’entre nous, et en ce moment ça me fait du bien. On a fait le tour de l’Europe ensemble dans notre jeunesse, il n’avait jamais froid aux yeux.

Tous les jours, je regarde les annonces immobilières et prends le bus pour aller visiter ou quand c’est trop loin Louis m’amène avec sa voiture. Deux petits vieux en vadrouille !

Hier, j’ai trouvé une maison parfaite en bordure de la ville avec une forêt à côté. Tranquille et confortable, juste ce qu’il me faut maintenant. Il ne me reste qu’à acheter la maison.

– Rémi, nous avons un problème, me dit le jeune banquier.

– Un problème, quel genre de problème ? J’ai une retraite et de l’argent.

– Oui, mais pas assez, me répond-il. La maison que vous voulez est extrêmement chère pour vos revenus. Et à votre âge, je ne peux pas vous faire un prêt sur 30 ans, ce ne serait pas correct.

– Vous me dites que je suis trop vieux pour acheter une maison !

– Non, mais la maison doit être moins chère ou le prêt ne doit pas être uniquement sur vous.

– Merci jeune homme, mais je suis seul, il n’y a rien à faire.

Je rentre annoncer la mauvaise nouvelle à Louis, je vais devoir rester encore un peu chez lui. Mais quand j’arrive, les pompiers et l’ambulance sont là ! La fille de Louis vient vers moi.

– Vous êtes Georges ? me demande-t-elle.

– Que se passe-t-il ? Où est Louis ?

– Il est tombé, il vient de partir à l’hôpital.

– C’est grave ? Je peux aller le voir ?

– Je ne sais pas encore, mais je ne suis pas sûr qu’il puisse retourner vivre seul dans son appartement.

– Mais il n’est pas seul, je suis là, réponds-je.

– Ecoutez, je ne sais pas comment ça va se passer maintenant, mais il est possible que nous devions vendre la maison pour payer la maison de retraite, vous devriez penser à un autre endroit pour vivre.

 

Quand je vais voir Louis à l’hôpital deux jours plus tard, il a l’air bien et en pleine forme malgré son bras cassé.

– Georges enfin j’attendais ta visite ! Amène-moi un fauteuil on s’en va !

– Mais où ? Je ne peux pas acheter la maison ? réponds-je.

– On s’en fout ! Mais si on reste là, on est tous les deux bon pour la maison de retraite ! On n’a plus rien à perdre, on prend le camping-car et on part !

– Mais où ?

– Au bout du monde pour une dernière fois, me dit-il avec un grand sourire.

 

 

Partagez avec vos amis :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someone
Recevez Mission Zarmina
Recevoir mon cadeau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *